• nathalie jay

L’emploi des femmes enceintes est protégé par la constitution

Mis à jour : mai 26


Le principe était déjà posé de retenir que le licenciement d’une salariée enceinte entraîne la nullité de la rupture dès lors que l’état de grossesse constitue la cause de la rupture du contrat de travail.

La salariée licenciée doit alors saisir la juridiction prud’homale pour solliciter la nullité de la rupture de son contrat de travail et sa réintégration dans l’entreprise employeur.



Le principe étant également posé de la réparation intégrale du préjudice, il était tentant de déduire du rappel de salaires qui lui est dû entre la date de son licenciement et la date effective de sa réintégration, le montant des allocations chômage et des indemnités journalières qu’elle a perçues durant cette période antérieure à la réintégration. Il s’agit d’un principe posé par la Cour de Cassation il y a déjà presque 20 ans.


Pourvue en cassation, la salarié a invoqué la discrimination pour réclamer que cette déduction ne soit pas opérée.


S’appuyant sur une jurisprudence ayant déjà posé un autre principe qui est que lorsque la nullité du licenciement a pour origine la violation d’une liberté ou d’un droit fondamental garanti par la Constitution, l’indemnité due au salarié prend alors un caractère forfaitaire, la salarié réclamait que le montant de cette indemnité ne soit pas réduit du fait de la perception d’un revenu de remplacement.


Ce qu’elle avait retenu pour le licenciement nul du fait de grève, principe à valeur constitutionnel, la Cour de cassation a choisi de le retenir également pour le licenciement prononcé en raison de l’état de grossesse.


Rompant ainsi avec sa précédente position, elle retient qu’un tel licenciement caractérise une atteinte au principe d’égalité de droits entre la femme et l’homme, garanti par l’alinéa 3 du préambule de la Constitution du 27 octobre 1946, et pose désormais le principe qu’elle peut prétendre à une indemnité égale au montant de la rémunération qu’elle aurait dû percevoir entre son éviction de l’entreprise et sa réintégration, sans déduction des éventuels revenus de remplacement.

(Cass. soc. 29 janvier 2020; source actualités Francis Lefebvre social)


Pour obtenir des conseils, informations ou faire valoir vos droits et vous défendre avec l'aide d'un avocat en droit du travail à saint pierre (Réunion), contactez le cabinet.


© Nathalie JAY, Avocat - La Réunion


Lire aussi: Covid 19 : L’indemnisation de la perte d’exploitation / le contrat doit-il s’exécuter malgré le Covid / Covid 19 : régler son litige par l’arbitrage pour obtenir une décision / Covid 19 : puis-je cesser de payer mes loyers commerciaux ou professionnels/ Travail le dimanche/ le CSE /le lien de subordination au secours des-libéraux / Travail le dimanche : La loi 1, l’accord collectif 0 / les heures supplémentaires des cadres / La rupture conventionnelle, un outil solide de la mobilité professionnelle

JAY Avocats- avocat saint pierre (Réunion)

© 2019 par Nathalie JAY

Données personnelles: vous reporter aux mentions légales

En vertu de l’article L. 152-1 du Code de la Consommation.
Tout consommateur (personne agissant en dehors du cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale) a le droit de recourir gratuitement à un médiateur de la consommation en vue de la résolution amiable des litiges de nature contractuelle portant sur l’exécution d’un contrat de fourniture de services. En cas de persistance d’un litige malgré une réclamation écrite amiable préalable directement adressée à notre cabinet, le consommateur peut saisir le médiateur de la consommation national près le Conseil National des Barreaux, Madame Carole Pascarel, soit par internet, depuis son site, soit par lettre simple adressée au médiateur national (CNB 22 rue de Londres, 75009 Paris)

Nathalie JAY avocat à Saint Pierre (Réunion)

49 rue Archambaud 97410 Saint Pierre

Tél : 0262 262 262

Fax : 0262 398 146

  • White LinkedIn Icon