• nathalie jay

Le CSE doit être mis en place entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018 (Février 2018)

Mis à jour : mars 3

Au nombre des nouveautés de l’ordonnance Macron du 22 septembre 2017, la mise en place du CSE doit préoccuper les entreprises employant au moins 11 salariés.

Le comité social et économique devra désormais constituer une instance unique de représentation du personnel, dotée de la personnalité civile et d’un budget, en remplacement des délégués du personnel des membres du Comité d’Entreprise et du CHSCT.

Il doit être mis en place au plus tard, le 1er janvier 2018, conformément au décret n°2017-1819 du 29 décembre 2017

A cette date, les entreprises qui n’ont pas aujourd’hui de représentants du personnel devaient mettre en place un CSE si elles employaient au moins 11 personnes, sans discontinuité depuis 12 mois.

Pour les entreprises qui disposent déjà de représentants du personnel, pas de panique, elles disposent de plusieurs astuces pour prendre le temps de sa mise en place.

Si les mandats en cours des élus du personnel arrivaient à échéance entre le 23 septembre 2017 et le 31 décembre 2017,  les mandats étaient prorogés automatiquement jusqu’au 31 décembre 2017. Après cette date, l’entreprise peut décider de proroger les mandats jusqu’au 31 décembre 2018 au plus tard. Passée cette date, Il leur faudra mettre en place le CSE.

Le Comité social et économique

Si les mandats en cours arrivent à échéance entre le 1er janvier et le 31 décembre 2018, l’entreprise doit mettre  en place le comité social et économique à l’issue des anciens mandats de DP CE ou DUP ; Il peut également prolonger les mandats d’un an au maximum.




Si les mandats en cours arrivent à échéance après le 31 décembre 2018, un CSE devra être mis en place à la fin des mandats en cours. 

Pour les entreprises passant récemment le cap des 11 salariés, rappelons que le seuil des effectifs qui rend ou non obligatoire la mise en place du CSE, est défini à l’article L. 1111-2 du Code du travail. Ne sont pas pris en compte les apprentis, les titulaires d'un contrat initiative-emploi, les titulaires d'un contrat d'accompagnement dans l'emploi, les titulaires d'un contrat de professionnalisation.


Pour vous aider à mettre en place le CSE ou obtenir les conseils d'un avocat en droit du travail à la Réunion, contactez le cabinet.


© Nathalie JAY, Avocat - La Réunion


Lire aussi: Travail le dimanche/ le lien de subordination au secours des-libéraux / Travail le dimanche : La loi 1, l’accord collectif 0 / les heures supplémentaires des cadres / L’emploi des femmes enceintes est protégé par la constitution / La rupture conventionnelle, un outil solide de la mobilité professionnelle

0 vue

JAY Avocats- avocat saint pierre (Réunion)

© 2019 par Nathalie JAY

Données personnelles: vous reporter aux mentions légales

En vertu de l’article L. 152-1 du Code de la Consommation.
Tout consommateur (personne agissant en dehors du cadre de son activité commerciale, industrielle, artisanale ou libérale) a le droit de recourir gratuitement à un médiateur de la consommation en vue de la résolution amiable des litiges de nature contractuelle portant sur l’exécution d’un contrat de fourniture de services. En cas de persistance d’un litige malgré une réclamation écrite amiable préalable directement adressée à notre cabinet, le consommateur peut saisir le médiateur de la consommation national près le Conseil National des Barreaux, Madame Carole Pascarel, soit par internet, depuis son site, soit par lettre simple adressée au médiateur national (CNB 22 rue de Londres, 75009 Paris)

Nathalie JAY avocat à Saint Pierre (Réunion)

49 rue Archambaud 97410 Saint Pierre

Tél : 0262 262 262

Fax : 0262 398 146

  • White LinkedIn Icon